prochain stage

Personnes à mobilité réduite et en situation de handicap quel qu'il soit , il est indispensable de rencontrer tous les formateurs en amont pour imaginer la façon dont ils s'adapteront à votre situation.
Afin de nous permettre une meilleure prise en charge, nous vous remercions de bien vouloir nous signaler toute situation de handicap reconnue par la MDPH.
Nos formateurs s'engagent à faire preuve de la plus grande discrétion et de la plus grande diligence sur ses informations et à vous aider dans votre parcours.
Nous  pourrons, si besoin est, mobiliser l'AGEFIPH et faire une demande pour mettre à votre disposition, un accompagnateur formé pour vous accompagner lors de la formation

leda

 

atomica

musique

Collectif de musiciens-acteurs au service du spectacle, label, studio d’enregistrement, concerts, créations, collaboration permanente avec le théâtre, l’art de la rue; la danse, la pyrotechnie, le cabaret, les arts plastiques…

Léda Atomica Musique (LAM), fondé par Phil Spectrum, est issu du groupe rock marseillais Léda Atomica, dont il a été le co-fondateur. Après avoir écumé les salles de France et d’ailleurs, Léda Atomica se concentre en collectif et crée le label LAM en 1990.

Les rencontres avec Richard Martin, Générik Vapeur, Ilotopie, Wlad Znorko, Groupe F, Alex Grillo… ont permis à l’association d’élargir son savoir-faire dans plusieurs domaines du spectacle vivant : le spectacle de rue, des créations musicales pour le théâtre, le cabaret, des rencontres musicales franco-indonésiennes, méditerranéennes, les cinés-concert…

Avec une création par an, de l’événementiel (« Feu Dièse ») aux formes légères (« Bar de la Femme sans tête », ciné-concerts), en passant par le théâtre musical (« Oz broyer du rose ») ou des rencontres ponctuelles (« Notre mer », « Samerrah !!! »), l’association s’efforce d’élaborer des spectacles originaux dont le liant reste la musique. Depuis 2017 l’association a mis en place une collaboration en Ardèche avec Leda Atomica 07 pilotée par Patrick Portella et Marie Démon, laissant davantage aux « jeunes » l’outil marseillais