Z'INOS MODULAIRE

JARDIN ZéBRé

MODULAIRE.png

le 15 et 20 novembre

Dans les années 60, les premiers synthétiseurs modulaires arrivent sur le marché grâce à Robert Moog et Donald Bucla, ils se retrouverons par la suite sur les albums préférés de plusieurs générations de mélomanes. Fans de rock progressif avec des artistes comme les Pink Floyd et Emerson ou encore de musique électronique avec Georgio Moroder, Jean Michel Jarre ou plus récemment des artistes tels que Vitalic ou Sébastien Tellier, le synthétiseur modulaire est le terrain de jeu parfait à tous les musiciens voulant créer et innover dans la recherche éternelle du son. Depuis peu, le synthétiseur modulaire fait sont grand retour dans les productions souvent électroniques où certains artistes se sont mit un quête de son plus « pur » s’échappant ainsi de la dictature des samples et autre son numérique offert par nos plug in.

Dans le cadre du festival, les Z’Inos invite MODULISME et le groupe Personas : MODULISME est la toute première plateforme dédiée à la promotion de la synthèse modulaire offrant interviews, infos, ressources sur le sujet… C’est aussi une émission radio et surtout un label proposant en écoute libre des heures de musiques par les ténors du genre

jardin.png

DU 06 AU 8 NOVEMBRE

 

VENDREDI 06 NOVEMBRE

20H30

PERSONAS

Ambiance monochromie & synesthésie. envoutée par des spectres sonores & colorés, entre Kraftwerk désynchronisé & Boards of Canada acharné, PERSONAS propose son live énergique en duo, n’hésitant pas à mêler machines analogiques et voix éclectiques, fusionnant un électro ardent & dansant à de vastes plaines bourdonnant d’ambiant.

Zonk't

LAURENT PERRIER

Des débuts industriels du mythique Nox jusqu’à l’aventure discographique avec le magasin/label Odd Size, des tentations électro/breakbeat de Cape Fear à la maturation lente du projet Zonk’t , Laurent Perrier a su faire évoluer son univers musical vers toujours plus de singularité. Une recherche absolue de la sensualité du grain sonore, dans ses excentricités les plus puissantes et inquiétantes, a fini par le conduire à se frayer un passage dans les zonestampons de la production artistique, là où les barrières de genre tombent au profit d’un art total, transversal. C’est donc dans le domaine des arts plastiques, et surtout de la danse, que Laurent Perrier s’est progressivement plu à évoluer notamment avec Odile Duboc, Alban Richard, Pedro Pauwels, Christian Bourigault, Toufik o.i, Laurence Wagner, Pietragalla, les ballets d’Europe/Jean-Charles Gil, Thomas Lebrun, Cécile Loyer, Anna Ventura, Yann Lheureux, et Philippe Ulysse pour le théâtre, pour lequel il signera également la musique de son 1er court métrage. Il a également été appelé par le groupe Peugeot-Citröen pour travailler sur les sons des futures voitures électriques en tant que sound designer. Il travaille depuis quelques années exclusivement avec ses synthétiseurs modulaires, autant pour sa production discographique, publiant de récentes collaborations auprès de Lawrence English, Christian Zanési, Francisco Lopez, Felix Kubin, David Fenech, JB Dunckel (AIR) que lors de performances et concerts.

SAMEDI 07 NOVEMBRE

14H

ATELIERS, MASTERCLASS AUTOUR DU Synthétiseur MODULAIRE

Laurent Perrier, Batchas, Fa Césario et Philippe Petit animeront deux après-midis autour de la synthèse modulaire. Derrière ce terme savant se cache simplement le procédé permettant de traiter/créer des sons en utilisant un synthétiseur composé d'un ensemble de modules indépendants où chacun remplit une fonction : oscillateur (VCO), filtre (VCF), amplificateur (VCA), générateurs d'enveloppe, effet, mixeur… Le choix des modules et leur interconnexion se fait de manière totalement libre et de fait permet au musicien d’assembler à la carte selon ses besoins… Explication de ce qu’est un modulaire et comparaison avec un synthé classique, petit historique, différence synthèse soustractive/additive… Comment approcher la chose? Savoir se limiter? Définir les approches créatives? Procédés de composition… Live vs. Studio

20H30

CONCERTS

BATCHAS

Batchas est un projet musical né il y a 37 ans à Marseille en 1983, lorsque j’étudiais aux beaux-arts à Luminy. Depuis le son et l’électronique ont toujours été au coeur de ce projet et de mon intérêt pour l’expérimentation sous toutes ses formes. Je n’étais plus à Marseille depuis ces années, c’est donc un moment particulier d’y retourner en 2020 pour y jouer et aussi partager avec le collectif de Léda Atomica Musique. Pour ce live, je vais jouer sur des instruments CiatLonbarde dont j’apprécie beaucoup le son et la singularité. Ce qui m’intéresse particulièrement dans l’interaction avec ces machines modulaires, c’est la nature imprédictible de leur circuit, sublimée par les différentes fonctions ou modules que l’on connecte les uns aux autres. Imprévisibilité et impermanence qui m’encouragent à improviser et à être dans le moment présent.

PHILIPPE PETIT

Activiste français & résident marseillais pour la diffusion et la reconnaissance des musiques autres depuis plus de 35 ans, Philippe Petit est également un "metteur-en-son" hyperactif, avec moultes projets et collaborations allant du Jazz à la musique Contemporaine. Particulièrement intéressé par les musiques de films, leur bande-son, Il aime être présenté comme un “agent de voyage musical” qui « prend ses auditeurs par les oreilles » et les emmène… Philippe suit un cursus d’études en composition eléctroacoustique au Conservatoire et s’y spécialise en spatialisation du son + synthèse modulaire. Philippe aime mettre-en-son les galeries ou autres endroits atypiques, dans le sens non-musicaux, et œuvre en ce sens comme un sonagraphe. Ainsi ses mises-en-son ont-elles été entendues pour divers F.R.A.C. en France, et aussi internationalement, notamment au MOMA (New York), MACBA (Barcelone), E_Werk/Transmediale (Berlin), Center for Contemporary Arts de Glasgow, Galerie Moderno à Leeds, Ars Electronica (Linz), Synch Festival (Athènes), Société des Arts Technologiques (Montréal), Recycl'ART (Bruxelles), "Transcultural Mapping" à la Galerie RIXC de Riga en Létonie, "Numeris Causa" à la Galerie Biche de Bere (Paris), Sintesi (Citta Della Scienza - Naples), Arborescence (Aix-en-Provence), Instituto Cultural Poblano (Puebla - Mexique), Eléctron (Genève), Alfa Art Gallery (New-York), CocART - CSW (Torun - Pologne), M.A.K. (Vienne), Reina Sofia National Museum (Madrid), Borusan Center For Arts (Istanbul), Tranzit Art Gallery (Bucharest), ainsi qu'en ville plusieurs fois à La Friche, aux Rotatives, pour les Rencontres Internationales des Arts et Multimédia, et Art-O-Rama le salon de l'Art Contemporain… Et il a aussi joué des centaines de salles de concerts ou festivals tout autour du monde. Régulièrement en solo mais aussi et surtout live avec Murcof, le European Contemporary Orchestra, Lydia Lunch, l’Ensemble Télémaque, Cindytalk, Iancu Dumitrescu et l’Ensemble Hyperion, ou les mythiques Faust, et a collaboré avec une dream-team hallucinante de personalités aussi diverses que : Foetus, Edward Ka-Spel, Andy Diagram (Spaceheads / Pere Ubu), Cosey Fanni Tutti (Throbbing Gristle), Graham Lewis (Wire), Barry Adamson, Mira Calix, Kammerflimmer Kollektief, Simon Fisher Turner, Jarboe, etc… Une personnalité de la scène musicale française qui signe ses disques sur de multiples labels internationaux (Sub Rosa, Aagoo, Southern UK, Monotype, Glacial Movements, Alrealon Musique, Beta Lactam Ring, HomeNormal, Important, HelloSquare, Public Eyesore, Utech, Staubgold, etc...) et à joué des centaines de dates autour du Monde.

DIMANCHE 08 NOVEMBRE

14H

SUITE DES ATELIERS, MASTERCLASS AUTOUR DU Synthétiseur MODULAIRE

Laurent Perrier, Batchas, Fa Césario et Philippe Petit animeront deux après-midis autour de la synthèse modulaire. Derrière ce terme savant se cache simplement le procédé permettant de traiter/créer des sons en utilisant un synthétiseur composé d'un ensemble de modules indépendants où chacun remplit une fonction : oscillateur (VCO), filtre (VCF), amplificateur (VCA), générateurs d'enveloppe, effet, mixeur… Le choix des modules et leur interconnexion se fait de manière totalement libre et de fait permet au musicien d’assembler à la carte selon ses besoins… Explication de ce qu’est un modulaire et comparaison avec un synthé classique, petit historique, différence synthèse soustractive/additive… Comment approcher la chose? Savoir se limiter? Définir les approches créatives? Procédés de composition… Live vs. Studio

18H

CONCERTS

FA CéSARIO

Fabrice Cesario (1973 , Fr.) est un artiste sonore, concepteur d’instruments, improvisateur et pédagogue. D’abord peintre et formé au piano classique, passé maître dans l’art du Circuit-Bending, il travaille aujourd’hui avec un système modulaire Cwejman. Il s’interresse de prés aux systemes ouverts et introduit par le geste neguentropique et dans la création d’instrument ce qu’il nomme «l’erreur sensible», entendu comme «le moteur des possibles» . C’est ainsi qu’il crée des univers sonores en constante évolution. Selon lui, l’erreur est essentielle à la création de systèmes cohérents et différenciés permettant de sortir du continuum homogène propre à la modernité. Passionné de recherche, de science et de littérature, sa musique évoque en liens la poésie , la philosophie, la politique et expériences au quotidien.Concerts – Workshops – Conférences Il a ainsi collaboré avec différents artistes tels que : Christian Wolfart, Arno Paquotte, Michel Doneda, Zbigniev Karkowski, Evil Moisture, Erik Minkinnen (Sister Iodine), Antez, Barre Phillips, Davide Barbarino ,Chrys Cole et Norbert Stammberger (label GNU), etc. Il est également impliqué dans le domaine de la poésie avec JeanJacques Viton, Lilianne Giraudon, Arno Calleja , Didika Koeurpurs , Amélie Guyot ou encore Hubert Colas. Il travail actuellement avec Emmanuelle Grangier Compagnie P.A.S. (Production Artistique et scientifique) ainsi qu’avec le philosophe Ludovic Duhem

1er week-end consacré au magazine MODULISME, PERSONAS et OLIVIER VEGA. Concert et ateliers seront au rendez vous dans les locaux de Leda Atomica Musique au 63 rue saint Pierre 13005 Marseille.

LES TARIFS :

soirée concert 10€

Atelier Masterclass 6€

Pass 3 jours 30€ (Concert Aatelier et Masterclass)

La journée complète à 14€

Buvette et Tapas sur place

Ouverture des portes à 12h

Réservation
 

Les deux week-ends suivants seront consacrés à la nouvelle création de Leda Atomiuca musique, Jardin Zébré, qui sera joué le 15 Novembre à la Friche Belle de mai dans le cadre des Instant Vidéo et dans les locaux de LAM le 20 Novembre.

Jardin zébré utilise le potentiel technique du numérique, avec son système d'écrans multiples synchronisés et indépendants, pour rendre tangible par des effets de montage, d'associations d'idées, de dévoilement-dissimulation, un monde gangrené par une présence imperceptible et pourtant ressentie. Les écrans la mettent à jour et lui donnent un nom en forme d'allégorie : le Zèbre. Cette créature hybride n'est pas seulement la personnalisation d'un fantasme visant à la déculpabilisation et à la désignation d'un bouc émissaire, mais plutôt le catalyseur qui met en rapport tout un système pernicieux aux ramifications multiples et, en apparence, déconnectées. Cette œuvre illustre, sur deux plans parallèles mais liés, les luttes internes de l'artiste et celles du monde où il évolue. Elle est une réflexion sur le sens et sur l'amplitude des connexions humaines, sur leurs limites et leur sublime. Elle illustre une recherche complexe et parfois paradoxale de la dignité du geste artistique, sa grandeur, mais aussi sa part d'ombre et de doute. La force de Jardin Zébré c'est de montrer et faire ressentir ce qui a du mal à se dire.

synopsis

Dans un monde ou le capitalisme sauvage a rompu ses dernières brides, ou l'aventure musicale est la proie des marchés et des grandes maisons de disque, un groupe de musiciens tente de faire connaître son art.

« À l'ombre des géants / Qui l'ont bâti naguère / Une bande d'enfants / Se prépare à la guerre / Sirènes et chimères / N'auront pas raison d'eux / Car ces enfants d'Homère / Ne rentrent pas chez eux. »

Extrait de la chanson L'Îlot Pirate

Le parcours est rude et ils doivent bientôt faire un choix tragique : continuer à prêcher dans le désert, pour un petit groupe de résistants, en espérant un jour trouver la reconnaissance, ou tenter de toucher le plus grand nombre en vendant un morceau de leur âme pour intégrer la grande industrie désillusionnée. Dans ce contexte sordide ou chaque décision est un faux pas, ils tentent de garder vibrante la flamme qui les anime, celle de l'amour de la beauté, celle des combats désespérés. Le doute s’immisce et laisse voir une faiblesse dans leur carapace. C'est alors qu'émerge une menace qui cristallise toutes leurs peurs, la figure hideuse du Zèbre.

« L'hydre rampant la bête immonde, va à nouveau fouler le monde […] Tu vois ou nous mène le chant du désamour ? Ta folie, la mienne, et la fin du jour.»

Extrait de la chanson Le retour de la bête

Le Zèbre est une créature hybride, un homme à tête d'équidé, mystérieux et impénétrable. Il est une allégorie du contrôle, une manifestation tangible du pouvoir absolu dont les ramifications s'étendent en réseau secret. Hydre tentaculaire des esprits, appelée parfois système, big brother, the man ou encore imperium, elle est présente dans toutes les institutions humaines, les arts, les médias, les religions, les états, ces émanations des affects communs sont son terrain de jeu.

« La vie devrait être une fête... Je vois des zèbres décharnés. Ce monde n'est pas pour les poètes, il les avale par milliers »

Extrait de la chanson Le Zèbre

Le groupe s'avance et commence à chanter : sans le savoir, ses musiciens vont devenir les chantres de l'animal rayé, vont tomber progressivement sous son joug. Tandis qu'ils se croient libres de leur destinée, les écrans multiples reflètent une réalité toute différente, souterraine, celle d'une perte de densité existentielle et de toute possibilité d'auto-détermination.

« Les plafonds s'écroulent sous les pluies de décembre / Bouffées de cyanure et parfums de cendre / Dans la nuit s'avance un grand parapluie rose / Les murs sont de grès et quand la lumière coule / Un frisson déroule les passions esclandres / Avec élégance elle traverse la foule »

Extrait de la chanson Chagrin de Décembre

Réservation